Atelier sur la provision de soutien psychosocial et de conseil juridique, juillet 2018, Beyrouth

19 juil 2018
Atelier sur la provision de soutien psychosocial et de conseil juridique, VAW

L’Initiative Féministe Euromed IFE-EFI a organisé un atelier sur la « Provision de soutien psychosocial et de conseil juridique » du 15 au 19 juillet 2018 à Beyrouth. Cet évènement s’est tenu dans le cadre du programme « Vers une paix durable et la démocratie en Syrie à travers le renforcement de la société civile et des droits des femmes » financé par SIDA. La formation a fourni aux activistes et aux prestataires de services syriens, que ce soit en Syrie ou dans les pays voisins, des connaissances, des recommandations, les meilleures pratiques retenues, des expériences et des enseignements tirés de différents pays. La formation visait à améliorer l'intervention dans la lutte contre la violence à l'égard des femmes et fournissait un soutien psychosocial et juridique adéquat aux femmes victimes de violences, en particulier pendant les conflits. Il a souligné l'importance de fournir un soutien à travers une approche féministe qui assure la justice et l'égalité. Ce qui aidera les activistes syriens et les prestataires de services à développer leur discours et à développer leurs connaissances et leur expérience pour fournir de meilleurs services et créer une opinion publique criminalisant la violence contre les femmes.

Au cours de la première journée de formation, Mme Arwa Abou Zaid, psychologue clinicienne en Tunisie, a ouvert la première session de formation en s’attaquant aux contextes et aux types de violence à l’égard des femmes et des enfants. Elle a donné des exemples de la loi contre la violence contre les femmes en Tunisie. Elle a discuté de l'impact psychologique et social de la violence sur les victimes et expliqué en détail comment élaborer un plan d'action. Elle a également discuté de la psychologie des prestataires de services et du processus de soutien psychosocial

Aroua Abou Zaid, violence against women and children

Au cours de la deuxième journée, Eva Abou Hlaweh, directrice exécutive du Mizan Law Group, en Jordanie, a discuté du concept d’aide juridique et a souligné l'importance des services fournis par les organisations de défense des droits des femmes et des droits humains. Elle a expliqué en détail comment concevoir des programmes d’aide juridique ; les participants ont été répartis en quatre groupes différents afin de rédiger un schéma pour un programme d’aide juridique concernant divers sujets choisis comme par exemple : le mariage de mineurs, les procédures d’affiliation, etc. Par la suite, elle a discuté du litige stratégique et de l’utilisation des conventions internationales relatives aux droits de l’homme devant les tribunaux et a présenté une étude de cas.

Eva Abou Hlaweh

 

Au cours du troisième jour, Dr. Maja Mamoula, docteure en psychologie qui travaille avec les femmes victimes de violences sexuelles en Croatie, a parlé des formes, des statistiques, des traumatismes, des phases et du traitement de la violence sexuelle ainsi que des expériences partagées avec le travail direct des ONG en Croatie.

Elle a également parlé de la provision de services aux victimes de violences sexuelles d’un point de vue féministe et des droits de l'homme et a discuté du rôle de la communauté dans l'identification et la reconnaissance de la violence sexuelle. Elle a également discuté d’autres questions telles que le conseil, la psychothérapie, le modèle de thérapie de J. L. Herman et l’importance de fournir un soutien dans le processus de signalement et de poursuite pénale.

Maja Mamoula, Sexual violence Trauma

La quatrième journée de formation a laissé la place à Mme. Fatima Maghnaoui, une activiste féministe du Maroc, qui a abordé la question des refuges pour les victimes de violence en termes de contexte d'établissement, de concept d'hébergement, d'analyse de l'expérience, de partenaires, de réalisations, de défis et de difficultés et a partagé l'expérience de l'Union des femmes (UFA). Elle a également parlé des meilleures pratiques pour renforcer le rôle des abris dans la protection des femmes soumises à la violence et souligné le rôle important de la société civile, de l'État et de la communauté locale. Par la suite, les participants ont été divisés en deux groupes pour travailler sur le rôle de l’État dans la création de centres d’accueil pour les victimes de violence domestique ; chaque groupe a partagé son avis sur les outils idéaux pour la création de refuges.

Fatima Maghnaoui, survivors of violence shelters

Lors du cinquième et dernier jour de la formation, Mme Bothayna Saad, de l’Association Najdeh, a présenté l’expérience de Najdeh et son travail avec les femmes réfugiés palestiniennes. Elle a discuté du lien entre le plaidoyer et la fourniture de services. Par la suite, Mme Hayat Mirshad, du Rassemblement démocratique des femmes libanaises (RDFL), a partagé des statistiques sur la situation des droits des femmes au Liban et a discuté des lois exécutives les plus importantes. En outre, elle a présenté les programmes de travail et de plaidoyer ainsi que les campagnes de RDFL telles que la campagne de plaidoyer (Not Before 18) pour protéger les enfants des mariages précoces.

Hayat Mirshed, RDFL, Notbefore18    Najdeh organization, palestine

               Mme Hayat Mirshad, RDFL                                                         Mme Bothayna Saad, Association Najdeh